1. Accueil
  2. Votre commune
  3. Patrimoine

Les cuirosités

Les ruines de la Chapelle
Le chemin des Bornes
les bancs reposoirs
Découvrir Climbach

 

Les ruines de la chapelle

La chapelle Kappelbronn et sa source Climbronn

Porche

Les ruines de la chapelle dominent le village. L'histoire de cette chapelle dit que ce sanctuaire chrétien aurait été construit sur un sanctuaire païen et qu'une première chapelle en bois aurait été édifiée par un ermite, Richard, à la fin du xiie ou au début du xiiie siècle. La réputation de sa source, dite Climbronn, pour ses propriétés curatives, fit qu'au Moyen Âge le site devint un lieu de pèlerinage. Seule la petite source qui coule au pied des vestiges du sanctuaire est restée célèbre, d'où le surnom du site : Kappelbronn, la fontaine de la chapelle.

Porche_en_1905Une deuxième chapelle, en grès rose, fut construite sur le site, un siècle plus tard, par les moines cisterciens de Pfaffenbronn. La reconstruction fut entreprise au xive siècle et ce sont les vestiges de cette époque qui subsistent encore aujourd'hui. Selon une autre version, ce seraient les habitants de Climbach eux-mêmes, qui, vivant sous la protection des Seigneurs du Fleckenstein, auraient édifié cette chapelle en l'honneur de saint Fridolin et de la Sainte Vierge. Comme par miracle, l'arc triomphal enjambe toujours l'espace et marque le lieu.

En revanche, toutes les théories s'accordent à reconnaître qu'elle fut probablement détruite au cours de la Guerre de Trente Ans par l'armée suédoise. Il semble également que c'est à cette époque que les survivants du village, qui se tenait sur les hauteurs, se sont réfugiés à Wingen et que leurs successeurs, protestants, les Seigneurs du Fleckenstein étant devenus luthériens, s'établirent plus bas dans la vallée à l'emplacement du village actuel.

Avec l'introduction de la Réforme dans la contrée, le pèlerinage tomba dans l'oubli et en ruine. Les fouilles ont permis de déterminer que cette chapelle avait une nef de 11,80 m de long pour 8,20 m de large, accolée à un chœur de 7,70 m de long, à l'ouest duquel était accolé une sacristie. Seuls subsistent aujourd'hui l'arc ogival séparant l'ancienne nef du chœur et une partie des murs de la chapelle du xive siècle.

bornesLe "chemin des bornes "

La limite nord-est du ban de Climbach est propice à la promenade ou de randonnée (GR 532) du fait de la présence, tout le long de celle-ci, d'une remarquable série de bornes historiées encore en place.

 

 

Les Bancs - Reposoirs

banc_napoleonCe banc-reposoir à Climbach est érigé à l'initiative d'un projet du préfet Lezay-Marnésia, surnommé « le préfet laboureur » pour ses efforts en faveur des progrès de l’agriculture, en 1811.

Son projet vise à établir des bancs-reposoirs le long des routes conduisant aux villes de marché, pour faciliter le transport des denrées, et honorer la naissance de François Charles Joseph Bonaparte, dit le roi de Rome.

Ce banc, qui échappe avec quelques autres au machinisme, porte les inscriptions : « Errichtet durch die Gemeinde Climbach en l’honneur du 20 mars 1811. », « Renouvelé en 1906 » et « Antoine Loesch », nom du sculpteur qui l’a réalisé.

DÉCOUVRIR CLIMBACH …

CLIMBACH est « traversé » par le GR 532, par le GR 53, « touché » par le sentier de Pèlerinage et « longé » par le chemin des Bornes sur les hauteurs  du village en attendant le sentier panoramique des bancs forestiers… 

Balades et randonnées